Sélectionner une page

Un rameur Concept2, un home-trainer Wattbike… Ils viennent du même endroit et j’ai la chance de pouvoir intégrer ces deux appareils excellentissimes à mon entraînement. Concept2, c’est tout simplement la marque de référence pour tous les pratiquants d’aviron. Wattbike, c’est le home-trainer des pros, qui a été développé avec la British Cycling. Prêtés pour les deux prochains mois, je vais pouvoir grâce à eux potentialiser ma phase de réathlétisation en augmentant le volume, l’intensité, tout en recueillant de très précieuses données.

Alors que nous sommes en train de caler les derniers détails du suivi scientifique avec Holiste, le Wattbike arrive à point nommé. Voici une brève présentation de ces deux appareils avant un test plus détaillé à la fin de la période d’essai, en janvier prochain.

Concept2, un rameur hors catégorie

Je ne suis pas un cycliste, mais le moins qu’on puisse dire, c’est que je ne suis pas un rameur non plus. Ça, c’est dit. La première impression que peut donner le Concept2, c’est qu’il est surdimensionné par rapport à des besoins simples de préparation physique pour coureur. Première erreur : pour le prix d’un tapis de course milieu de gamme, vous avez accès à un rameur utilisé par des athlètes de haut niveau. Confort et position optimales, écran bourré d’informations, simplicité d’utilisation extrême, et pas de prise électrique, on peut commencer.

D’abord apprendre comment ramer. Le site de Concept2 explique tout dans le détail sur cette vidéo explicative : position des pieds (pas trop haut pour éviter les douleurs lombaires), traction (garder les bras tendus jusqu’à la fin de la poussée des jambes), tirage des bras, petit mouvement du dos en fin de course, puis retour en ramenant les bras d’abord, puis plier les jambes, et recommencer. Penser à garder le dos bien droit et bien gainé.

Ça a l’air très simple, mais quand on est novice, on pense surtout à tirer sur les bras, alors que ce sont les jambes qui font le gros du travail de traction. On a aussi tendance à ramer trop vite, pour atteindre des cadences supérieurs à 30, voire 35 mouvement par minute, alors qu’on est bien plus efficace avec un mouvement puissant et en commençant plus lentement (22 à 25 mouvements). Enfin, vous pourrez remarquer sur la vidéo précitée que la phase de retour est plus lente que la phase active… pas si évident à mettre en place.

À quoi ça sert ? L’avantage d’être une bille en aviron, c’est qu’on peut progresser dès la première séance et mesurer immédiatement les effets. Le gainage du haut du corps sera le grand atout procuré par le rameur. Mon idée sous jacente est de tresser au fil du temps une musculature du tronc et des bras capable de tenir longtemps sans flancher, comme mes jambes après des années de course. Pour l’instant, les premiers tests feront rire les rameurs même débutants. Je n’ai pas de quoi faire le malin avec un peu moins de 49 mn au 10 km… En tout cas, mes premiers entraînements ont été enregistrés sans souci par mon Garmin F910, et envoyés sur Garmin Connect avec toutes les données pertinentes.

Le rameur Concept2 est sans doute le plus réaliste des rameurs du marché. Il fonctionne sur le principe d'une résistance à air et est doté d'un écran de contrôle complet et compatible ANT+.
  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • LinkedIn

Le rameur Concept2 est sans doute le plus réaliste des rameurs du marché. Il fonctionne sur le principe d’une résistance à air et est doté d’un écran de contrôle complet et compatible ANT+.

 

Wattbike, le home-trainer scientifique

Avec le Wattbike, j’ai l’impression d’entrer de disposer enfin de toutes les données permettant de mesurer objectivement ma progression générale. Tout est analysé finement en temps réel sur plus de 40 paramètres : puissance en Watts, vitesse, cadence, rapport poids puissance, moyennes diverses, rondeur de pédalage, angle d’appui maximal. Le vélo d’intérieur est de plus complètement adaptable à toutes les morphologies, avec une selle qui s’avance, se recule, se lève, se baisse, un guidon qui fait pareil, des manivelles équipées de cales-pieds, mais aussi de systèmes d’accroche automatiques…

Impossible de donner ici la liste exhaustive des données qu’on peut récupérer sur le Wattbike. Pour les curieux (on m’appelle ?) et tous ceux qui désirent se construire un entraînement basé sur des données ultra précises (on m’appelle encore ?!), le Wattbike est le nec plus ultra. Il a d’ailleurs fait l’objet de plusieurs études, qui louent la précision de ses relevés.

Là encore, les premiers tests sont sportivement dépitants. Autant je tire « un peu » mon épingle du jeu dès lors qu’il s’agit de courir très longtemps, autant les tests intégrés au Wattbike m’incitent à l’humilité la plus extrême… Puissance maximale sur 6 secondes : 775 Watts (le site de Wattbike me dit qu’avec un tel résultat, je suis « sous entraîné »). Puissance sur un test de 20 mn : si je tenais la même cadence pendant une heure, ce qui est tout simplement impossible, je serais « faible ». Le test de 3 mn me donne une VO2 Max de 47,8, alors qu’en course je serais plutôt aux environs de 60… Bref, c’est excitant de se dire qu’il y a, j’espère, de grosses marges de progression qui serviront pour la course à pied.

Le home trainer Wattbike, c'est un vélo... en mieux !
  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • LinkedIn

Le home trainer Wattbike, c’est un vélo… en mieux !

 

Et maintenant ?

Reste maintenant à utiliser ce matériel au mieux. Comme il faut de toute façon un minimum de course à pied, qui va vite devenir « un maximum », la seule solution pour tirer parti de tous les appareils à ma disposition, c’est d’augmenter encore le temps d’entraînement. En attendant les phases à venir d’entraînements très spécifiques et en volume, je vais surtout chercher à croiser entre course à pied, rameur et vélo, assez intensivement, de manière à choquer l’organisme avec un risque minimum de blessure et un potentiel de progression maximal.

Suis-moi

Philippe Billard

C'est là que je parle un peu de moi ? Pour la biographie, d'abord... Je cours des ultras depuis 2000, un bug sans doute, et j'ai dépassé la distance du marathon une bonne centaine de fois. Trail, route, piste, tapis, j'aime tout, sans concession, même si j'ai jeté mon dévolu depuis 2011 sur les 6 jours tapis (de course). Vous verrez, j'en parle beaucoup. J'ai aussi créé un magazine en 2003, et une belle communauté, Ultrafondus. Ça a duré une petite dizaine d'années, il en reste quelques traces sur le web. Pour en savoir plus, lisez, regardez, échangez. J'ai des trucs à vous dire sur des tas de sujets passionnants, et j'ai surtout beaucoup à apprendre de vous.
Suis-moi

Les derniers articles par Philippe Billard (tout voir)

Pin It on Pinterest

Share This