Sélectionner une page

Courir un 6 jours, c’est difficile. Sur tapis, c’est pas forcément évident non plus. Il faut donc se préparer à cette dureté et assembler deux notions importantes, mais pas forcément compatibles : aller chercher un niveau d’entrainement élevé et s’assurer que son corps, sa tête, encaissent bien, et surtout, qu’ils l’utilisent bien. L’avantage de ces entrainements difficiles, c’est qu’ils rompent la monotonie. L’inconvénient ? Ils sont durs ! Non, ce n’est pas un inconvénient… Alors disons qu’il faut les manipuler avec précaution…

Entrainement = développement de compétences

Le principe de l’entrainement dur est très simple. Il faut chercher à développer une capacité particulière, utile pour l’objectif cible, et trouver comment transformer cette capacité en véritable compétence. Par exemple, je veux que mes jambes me permettent de courir facilement, comme si le poids de mon corps était nul. L’idéal serait de me faire greffer les cuisseaux d’un gars pesant 25 kg de plus que moi, de préférence pas trop mauvais sur les longues distances et c’est gagné. Mais c’est compliqué. Alors en me chargeant de 25 kg, peut-être que j’arriverai à avoir les mêmes, sans le côté stressant de l’opération chirurgicale.

Fidèle à mes habitudes, quand j’ai une idée, je la teste. En l’occurrence, j’ai eu l’idée en la testant malgré moi un jour où je n’avais personne pour me raccompagner entre l’arrêt de bus et chez moi… Me voici donc parti pour un footing court de quatre petits kilomètres, avec mon gros sac d’alpinisme de 20-25 kg. Le principe est simple : rentrer le plus vite possible, courir le plus possible, conserver le plus possible la sensation d’une foulée légère.

Sac lourd = optimisation de la foulée

Le test a dépassé toutes mes espérances. Le gros sac oblige à développer la foulée la plus douce et la plus horizontale possible. Il force à utiliser les articulations des chevilles, des genoux et des hanches pour optimiser leur rôle de transmission d’énergie. Il demande à surveiller l’amplitude de la foulée pour éviter de trop tirer sur les tendons, notamment ceux des genoux et les tendons d’Achille. Tout le corps, et même l’esprit, se concentre pour un effort minimum, tellement minimum d’ailleurs qu’on se demande si le besoin de base, se muscler, correspond bien aux bénéfices apportés. Il y a d’autres façons plus efficaces de se muscler pour une telle épreuve, j’y reviendrai largement dans d’autres articles.

Donc, dans la planification (à venir) de mon entrainement pour les sept prochains mois, il y aura du « sac à dos », du gros sac à dos. De plus en plus long, de plus en plus lourd, de plus en plus souple, en faisant très très attention. Les déclinaisons sont multiples et j’aurai suffisamment d’imagination pour en trouver encore davantage : courses longues, courses alternées avec/sans sac, courtes distances en fin de séances dures ou longues, etc.

Evolis est un appareil de musculation et d'étirement basé sur le principe des mouvements excentriques. Les pieds fixés dans des guêtres rigides, elles-mêmes accrochées à un pédalier, on résiste au mouvement de rotation. Cette méthode permet non seulement de prendre de la force en étirant les muscles, mais aussi de créer un pompage sur le squelette, qui permet de libérer et de lubrifier les articulations et les vertèbres.
  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • LinkedIn

Evolis est un appareil de musculation et d’étirement basé sur le principe des mouvements excentriques. Les pieds fixés dans des guêtres rigides, elles-mêmes accrochées à un pédalier, on résiste au mouvement de rotation. Cette méthode permet non seulement de prendre de la force en étirant les muscles, mais aussi de créer un pompage sur le squelette, qui permet de libérer et de lubrifier les articulations et les vertèbres.

Comme ce type d’entrainement est un très bon moyen de tasser les vertèbres et autres articulations, étirements obligatoires, et séance d’Evolis, un appareil conçu par un certain Jean Frelat et développé et commercialisé par le laboratoire Holiste. Vous l’avez compris, l’entrainement dur permet d’acquérir une conscience très fine de la meilleure manière de prendre soin de soi, et de durer longtemps. Il suppose une prise de risque, mais avec des bénéfices potentiels supérieurs. Il ne fonctionne que dans la douceur et uniquement dans l’objectif de la douceur.

Suis-moi

Philippe Billard

C'est là que je parle un peu de moi ? Pour la biographie, d'abord... Je cours des ultras depuis 2000, un bug sans doute, et j'ai dépassé la distance du marathon une bonne centaine de fois. Trail, route, piste, tapis, j'aime tout, sans concession, même si j'ai jeté mon dévolu depuis 2011 sur les 6 jours tapis (de course). Vous verrez, j'en parle beaucoup. J'ai aussi créé un magazine en 2003, et une belle communauté, Ultrafondus. Ça a duré une petite dizaine d'années, il en reste quelques traces sur le web. Pour en savoir plus, lisez, regardez, échangez. J'ai des trucs à vous dire sur des tas de sujets passionnants, et j'ai surtout beaucoup à apprendre de vous.
Suis-moi

Les derniers articles par Philippe Billard (tout voir)

Pin It on Pinterest

Share This